Accueil > Nos textes > Lettre Ouverte du Collectif Antinucléaire 13 aux élu(e)s Europe-Ecologie-Les-Verts

Lettre Ouverte du Collectif Antinucléaire 13 aux élu(e)s Europe-Ecologie-Les-Verts

mardi 12 juillet 2011, par Administrateur, Collectif Antinucléaire 13

Marseille, le 8 juillet 2011

Depuis le début de la catastrophe de Fukushima, EELV et tous les écologistes s’indignent, dénonçant les conséquences inacceptables de cette tragédie humaine. Toute la mouvance écologiste demande une sortie du nucléaire, EELV en tête ! Le positionnement semble clair... Et pourtant !

- Le 25 novembre 2009 (date à laquelle vous vous étiez déjà largement et depuis longtemps indignés sur la catastrophe de Tchernobyl), afin de « sauver le climat » les députés Europe-Écologie et les Verts au Parlement Européen ont voté, à une exception près, un texte entérinant l’extension « du marché carbone mis en place en Europe à l’ensemble de la planète » (1) et votent une résolution qui inclut le terrible paragraphe : « 36. souligne que le passage, à l’échelle internationale, à une économie à faible intensité de carbone conférera à l’énergie nucléaire un rôle important dans le bouquet énergétique à moyen terme ; »(2)

- Vous vous dites contre le projet ITER, à y regarder de plus près cependant, vos décisions politiques et vos déclarations ne sont guère convaincantes :

. les Verts siégeant au conseil Régional PACA ont depuis longtemps proposé le tristement célèbre compromis « 1 euro pour ITER, 1 euro pour les renouvelables », au lieu de s’opposer frontalement au projet.

. Le 10 octobre 2010, réunis devant Cadarache, les élues EELV déclarent tout à tour : « les priorités, c’est le réchauffement climatique », « Iter, inutile : on ne peut pas répondre par oui ou par non à cette question aujourd’hui, « Iter coûteux : je crois que le rapport investissement sur retour sur investissement est insuffisant ». (4)

. puis, récemment, pendant qu’en mai dernier les antinucléaires manifestent de bonne foi à Aix-en-Provence devant l’hôtel où sont réunis les députés européens pour décider de la rallonge budgétaire à accorder au projet ITER, une élue européenne EELV se prononce pour « un moratoire », ce qui revient à repousser la décision aux calendes grecques.

- Vous vous indignez à juste titre de la toute récente prolongation de 10 ans de Fessenheim, mais l’avis de prolongation de 10 ans du réacteur n°1 de Tricastin le 13 décembre 2010 n’a provoqué aucune réaction de votre part alors même que certains de vos élus siègent à la CLIGEET (Commission Locale d’Information de Tricastin). De même la troisième visite décennale pour le réacteur n°2 de Tricastin s’est déroulée dans le silence le plus absolu et l’accord pour sa prolongation de 10 ans est imminent.

- Egalement, tout en expliquant que le nucléaire est dangereux, coûteux, antidémocratique, vous mettez en avant le scénario Negawatt (5) et vous vous prononcez pour une sortie progressive à 20 ans, 30 ans, voire plus. Vous nous expliquez aussi que votre objectif prioritaire est de battre Nicolas Sarkozy et de négocier le meilleur accord avec vos partenaires de la « gauche », dont certains farouchement pro-nucléaires.

- Enfin, vous promettez une sortie du nucléaire grâce à une hypothétique politique d’ économies d’énergie et de recours aux énergies renouvelables

Nous pensons qu’il n’est pas responsable d’expliquer à vos futurs électeurs, à la fois que le nucléaire représente un danger inacceptable, et de proposer comme seule solution une sortie en 20, 30 ou 40 ans selon les négociations qui seront engagées avec vos partenaires. Nous pensons que proposer une sortie en 20 ans, 30 ans ou 40 ans revient à proposer la poursuite du nucléaire pendant encore 20, 30 ou 40 ans.

Nous pensons que le nucléaire est dangereux, qu’il risque d’anéantir la civilisation humaine, et que dès lors, tous les atermoiements sont coupables.

Nous pensons qu’il faut arrêter le nucléaire maintenant et mettre en place les solutions de remplacement qui s’imposent en urgence sans attendre la prochaine catastrophe. A danger imminent, solution immédiate ! Et s’il nous faut en passer par l’utilisation du gaz, du charbon et du pétrole en attendant un monde idyllique fait d’économies d’énergies et d’éoliennes, alors faisons-le ! Rien ne nous empêchera de réfléchir en parallèle à la sortie de ces énergies « sales » et à la trilogie Negawatt.

Le mode de production d’énergie est lié à une question sociétale et à notre mode de vie productiviste. Les émissions de gaz à effet de serre sont liés à la gabegie économique et la croissance effrénée. Pour les réduire, arrêtons de toute urgence la déforestation massive, l’agriculture et l’élevage intensifs, redéfinissons nos politiques d’urbanisation, de transports. Tout ceci n’a rien à voir avec le nucléaire.

Car le nucléaire n’est pas au final une question de production d’énergie, et c’est une supercherie de le faire croire. Le nucléaire est une question de morale et d’éthique. Et nous nous battrons, nous, « antinucléaires radicaux », parce qu’à tout instant le nucléaire risque d’éradiquer la civilisation humaine.

La souffrance du peuple japonais comme celle de toutes les populations touchées par les catastrophe du nucléaire n’ont pas de prix. Se cacher derrière des coûts, une faisabilité technique, derrière des expertises énergétiques, à seule fin, peut-être, de reculer des prises de décision politiques, n’est pas responsable.

Néanmoins, nous considérons que vous êtes garants en tant qu’élus de notre sécurité et de notre santé. Vous portez et porterez une lourde responsabilité dans les conséquences de la prochaine catastrophe. Vous qui connaissez et dénoncez depuis tant d’années les dangers invraisemblables du nucléaire, quelles mesures concrètes allez-vous prendre pour qu’enfin cesse la barbarie ?

Aujourd’hui, nous vous demandons des actes, du concret et a minima que vous restiez fidèles à votre parole donnée le 20 mars (6). Nous vous demandons de prendre, maintenant, toutes les mesures pour « l’arrêt de tous les projets électronucléaires en cours....(...ITER..) » et pour « Le renoncement à la prolongation de l’exploitation des réacteurs ayant atteint ou dépassés les 30 ans de fonctionnement », c’est à dire techniquement l’arrêt des quatre réacteurs de Tricastin.

Enfin, tout comme nous ne nous satisferons pas de compromis, nous ne nous laisserons pas confisquer la parole par les partis politiques ou les réseaux institutionnalisés. La parole antinucléaire appartient à chacun d’entre nous, individus, citoyens, futurs cobayes et victimes potentielles.

Nous continuerons à prendre cette parole pour dire haut et fort qu’il n’y a pas d’autre solution aujourd’hui que l’arrêt immédiat, inconditionnel et définitif du nucléaire !

Collectif Antinucléaire 13

Contact : collectif-antinucleaire13@orange.fr

(1) http://journal.alternatives.ca/fra/journal-alternatives/publications/dossiers/justice-climatique-et-alternatives/article/pour-sauver-le-climat-le-parlement

(2) http://www.lepost.fr/article/2011/03/16/2436570_preuve-que-cohn-bendit-a-vote-pour-le-nucleaire-au-parlement-europeen.html

(3) http://www.econostrum.info/Iter-la-fusion-nucleaire-fait-bouillir-le-parlement-europeen_a5785.html

(4) http://www.dailymotion.com/video/xf3p19_europe-ecologie-lance-l-appel-europ_news

(5) http://www.negawatt.org/communique-p57.html
« Nos propositions, centrées sur le triptyque « sobriété, efficacité, renouvelables », aboutissent cependant de facto à un abandon progressif du recours à l’énergie nucléaire jusqu’à s’en passer totalement. »

(6) http://groupes.sortirdunucleaire.org/Appel-solennel-signe-par-67)

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0